Les émotions sur toiles de Sophie Guyonneau (Article de La Lucarne)

 

photo-nouarts.png

Pour la troisième année consécutive, la galerie Nou’Arts à Auch ouvre ses grilles avec la venue d’une artiste de renom, Sophie Guyonneau. Il est évident que le galeriste Alain Cheymol a voulu frapper un grand coup pour amorcer la nouvelle saison artistique.

Au-delà du figuratif

Quant à l’artiste qui a fait ses études de peinture au Conservatoire d’arts plastiques de Fresnes et à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, celle-ci a choisi « de s’éloigner de la représentation figurative pure ». Quoiqu’en y regardant de plus près, ses toiles laissent entrevoir certains éléments de paysages, comme entre autres des peupliers, voire des personnages, des moines tibétains.

Mais ce n’est pas l’essentiel de la peinture de Sophie Guyonneau, qui va bien au-delà du figuratif pour retranscrire ses émotions visuelles, des mots et des sentiments. Et cela donne des œuvres ébouriffantes, pleines de couleurs qui ne sont pas sans rappeler quelques-uns des tableaux japonisants de Van Gogh.

L’exposition de Sophie Guyonneau, « Un monde en couleurs », est présentée jusqu’au 29 mars à la galerie Nou’Arts, au 19 rue Lamartine à Auch, du mardi au samedi de 15 heures à 19 heures. Entrée libre et gratuite.

Explication de son travail

Peintre depuis une trentaine d’année, elle a commencé par une formation classique (natures mortes, paysages, nus…) . Etudiante aux Beaux-Arts de Paris de 1983 à 1987 (atelier Yankel, puis atelier Antonio Segui), sa conception de la peinture s’est peu à peu éloignée de la représentation figurative pure.

Un paysage aperçu, une phrase lue, une expression qui interpelle, les nuances de la nature, un sentiment, une émotion visuelle, tout est prétexte pour lui donner matière à peindre. Elle les reproduit à sa manière, sans chercher à retranscrire la réalité mais pour emmener l’autre dans son monde.

Ce texte de Joan Miro illustre sa façon d’avancer sur la toile: «Je travaille comme un jardinier ou comme un vigneron. Les choses viennent lentement…Les choses suivent leur cours naturel, elles poussent, elles mûrissent. Il faut greffer, irriguer comme pour la salade. Ca mûrit dans mon esprit… »

http://sophie-guyonneau.blog4ever.com/

Date de dernière mise à jour : 21/02/2015