BIOGRAPHIE

«Le ciel presque nocturne a des lueurs d'aiguille» : Guillaume Apollinaire

 

Delphine et Marinette, héroïnes des «Contes du Chat Perché» de Marcel Aîmé, avaient reçu ordre d'ourler des torchons. Des torchons ! Elles rêvaient de créer des robes fantastiques! Elles évoquaient des étoffes inaccessibles, des formes de boutons, des ornements hors de portée...Ma mère m'a montré, sur un torchon comment faire un ourlet. Et j'ai cousu des ourlets, jusqu'au dernier torchon. J'avais environ neuf ans. Cette étincelle d'intérêt pour la couture a refait surface plus de 10 ans plus tard.

Je travaille des matériaux textiles de récupération : chutes de tissus, boutons, fils, bandes Rilsan, coquillages percés ... Ma cécité, survenue très tôt, me libère du conformisme visuel, des codes colorés.

La toile de fond est agrafée sur un cadre. Les points de couture, exécutés à la main, donnent à l'œuvre sa spontanéité.

Mon univers a commencé à se construire en mars 2007.

 Mes premiers tableaux ont été des fantaisies, gestes instinctifs. Je me suis un temps efforcée de contrôler le choix des couleurs à travers les yeux d'un tiers, néanmoins peu à peu   mes créations ont résulté d'une réflexion sur des idées : l'ennui, la ville, la délicatesse, l'abîme.  J'ai appris à choisir l'esprit d'un tableau : sobriété, luxuriance d'après mes codes tactiles et  les volumes des matériaux.

 

Je privilégie désormais la composition, le graphisme des fragments d'étoffes, des lignes de fils. Je joue avec les volumes (superpositions, amas de boutons, torsion de fils) et   avec les matières (tissus froids ou chaleureux, lourds ou nuageux, matériaux rigides ...) Dans quelques créations, j'ai sélectionné les couleurs des pièces afin d'exprimer une atmosphère . La majorité des œuvres doivent l'harmonie des teintes au hasard, afin d'appuyer ma création sur les effets de matières et la composition. Mon travail est donc aussi visuel que tactile : le public est sensible aux lignes de couture, au graphisme donné aux matériaux. Enfin, l'harmonie des couleurs, malgré ma cécité, attire.

 

J'ai participé à diverses expositions dans le Nord : dans des magasins, sur un marché, un bar associatif, ou dans le cadre de la Semaine du Développement Durable organisée par la ville  de Lille. Dans le Gers, j'ai exposé à la galerie Saint-Michel à Condom, dans plusieurs salles tenues par les offices de tourisme et à la Galerie Bleue à Riscle. Aux environs d'Agen,  j'ai exposé mes œuvres au château d'Aubiac , dans une structure de soins ( Les Ecrins d'Aliénor) et participé à une exposition collective à la galerie Montesquieu.

 

 

Date de dernière mise à jour : 30/04/2018